vendredi 16 mai 2014

Tout le monde en terre!

     Dernière ligne droite pour la terrasse des fruitiers : on finit de nettoyer, d'arracher les derniers ronciers et d'enlever les dernières mottes. Un passage à la kassine en traction animale avec la sous-soleuse pour ameublir le sol en profondeur, on incorpore du compost et un peu d'engrais (bio biensur). Le tout complété par  un petit coup de ratissage et c'est prêt!


       Les fruitiers sont tous jeunes et on peut donc cultiver à côté, alors on utilise un maximum l'espace : on installe une soixantaine de tomates, des aubergines, des piments, des poivrons, des courgettes et pâtissons.
Il reste un peu de place? Allez, deux rangs d'oignons, des aromatiques..

Tomates à côté de leurs tuteurs
Et voilà! Transformation!



        Pendant ce temps les haricots nains et à rame ont levé. Nous échelonnerons les semis tout au long de la saison pour en avoir en permanence.

Haricot


          Et enfin, les oignons doux ont pris leur place définitive sur la terrasse qui leur est consacrée! Mais nous avions mal estimée la surface nécessaire et nous en avons planté moins que prévu...à peu près 4000 alors que nous projetions 7000. Mais il n'y a plus de place et pour les oignons on ne peut pas vraiment préparer un coin à l'arrache sinon bonjour le désherbage...

Faïsse d'oignons doux


Nos plants d'oignons dont on est fier!




















     Demain, on termine le plus gros des semis en pleine terre : haricots, courgettes&concombres, maïs doux etc... Et après on pourra dire que la mise en place c'est fait! Restera à désherber, entretenir, arroser, récolter...et vendre bien-sur! Rendez-vous au marché!

3 commentaires:

  1. bonsoir !
    petite question, comment gérez vous l.arrosage ?
    j.ai vu que vous aviez de l.eau à disposition mais ensuite vous avez acheté beaucoup de tuyaux ? est ce du goutte à goutte ? est ce que ca a ete facile à mettre en place, y a t.il des pièges à eviter ?
    bref je me pose, et vous pose du coup plein de questions :-)

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Ninico. Toute notre irrigation est au goutte à goutte pour gérer au mieux l'eau que l'on ne peut se permettre de gaspiller. Même pour les oignons qu'il faut soit disant arroser par la feuille, et ils viennent très très bien. Pour mettre en placer le système on s'est fait conseiller par des amis, et on a aussi pas mal cogité avant car nous n'avons pas de pompe et tout fonctionne par gravité. Nous n'avons pas acheté beaucoup de tuyau, mais c'est tout de même un investissement au départ ( pour donner une idée, l'investissement a été d'environ 500euros pour 3000m2 de cultures : tuyau 40mm, tuyaux secondaires, gaine jetable goutte à goutte, raccords, vannes etc...). Cette année nous allons amélioré le système en achetant des cuves.

    Je pense que le goutte à goutte est un très bon système. Les pièges à éviter, il faut prendre soin de mettre de bons filtres aux tuyaux pour éviter que les goutteurs se bouchent. Bien préparer son plan de système d'irrigation avant d'acheter quoi que se soit, et éventuellement en parler avec des gens qui sont un peu calés pour éviter les grosses erreurs.

    N'hésite pas à poser des questions précises si tu as besoin de conseils, bien qu'on soit pas encore des mégas-pros de l'irrigation!.

    RépondreSupprimer
  3. Sinon le système fonctionne tout simplement avec un grand tuyau d'où part des tuyaux secondaires (grace a des colliers de prise en charge) équipés chacun d'un vanne (résistante au gel) pour chaque parcelle. On n'ouvre pas toutes les vannes en même temps pour qu'il y est suffisamment de pression pour que chaque culture soit bien irriguée. L'eau est stockée dans un bassin en pierre alimenté par une source. Cette année nous allons envoyer l'eau du bassin dans différentes cuves (genre cuve 1000l) pour en stocker plus et simplifier notre installation.

    C'est pas bien compliqué à installer, mais ça peut le devenir si on a pas les bons raccords, les bons tuyaux, bref le bon matériel. D'où l'interêt d'y mettre un peu d'argent pour éviter des heures de galère avec de la récup.

    RépondreSupprimer